Dopamine : L’énergie

Dopamine : L’énergie

 

Explications :

 

La dopamine est un neurotransmetteur principalement synthétisé par l’acide aminé de la tyrosine. Elle affecte le mouvement musculaire, la croissance des tissus, le fonctionnement du système immunitaire. Elle intervient dans la sécrétion de l’hormone de croissance.

Les réseaux dopaminergiques du cerveau sont étroitement associés aux comportements d’explorations, à la vigilance, la recherche du plaisir et l’évitement actif de la punition (fuite ou combat).

Chez l’homme, la baisse d’activité des neurones dopaminergiques d’une certaine région du cerveau entraîne une diminution du mouvement spontané, une rigidité musculaire et des tremblements. C’est la maladie de Parkinson.

La dopamine est un neurotransmetteur clé du cerveau qui joue sur la motivation, la productivité et la concentration. Elle nous permet de mieux planifier et de résister aux impulsions qui pourraient entraver la réussite de nos objectifs. Un bas niveau de dopamine peut mener à un manque de motivation, à de la fatigue, à des comportements addictifs (drogues, alcool, tabac), des changements d’humeur et des pertes de mémoire.

 

Effets favorables :

 

Pour résumer, la dopamine crée un terrain favorable à la recherche de plaisir ou d’émotions, à l’état d’alerte, au désir sexuel.

 

Effets défavorables :

 

À l’inverse, lorsque la synthèse ou la libération de dopamine est perturbée, on peut voir apparaître démotivation, dépression, …

 

Favoriser la synthèse de dopamine : 

 

Alimentation :

Les meilleures sources de Tyrosine : elle est naturellement présente dans les fromages (parmesan, emmental, …), le bacon, les foies animaux, la dinde et les graines de courges.

La plupart des aliments riches en protéines comme la viande, l’avocat, l’oeuf, le poisson et les amandes sont des bonnes sources de phénylalanine et tyrosine également

À éviter à tout prix : gras saturés et sucres

 

Compléments alimentaires :

L-thyrosine et L-phénylalanine (je conseille le laboratoire Solgar)

 

Faire du sport :

L’exercice physique est l’une des meilleures choses que nous pouvons faire pour notre cerveau (marche, vélo, yoga, salle de sport, …)

 

Prendre l’air :

Les rayons du soleil (UV) permettent la création de la vitamine D dans notre organisme qui active les gènes responsables de la libération de dopamine.

 

La méditation et/ou d’autres types d’activités :

La méditation de par son côté très relaxant permet une meilleure production de dopamine.

Sinon on peut aussi augmenter sa production par des activités relaxantes (massages, caresser un animal, écouter de la musique, …) ou bien par des activités créatives (photographies, dessiner, …) ou bien par des plaisirs simples de la vie (manger, faire l’amour, dormir, …).

 

Prendre une douche froide :

D’après certaines études, cela permettrait une augmentation conséquente de la dopamine (250%).

 

Conclusion :

 

D’après certaines études, la dopamine jouerais donc un rôle important dans certaines pathologies :

Le syndrome des jambes sans repos : en association avec du magnésium, fer, gaba et de la mélatonine. A raison de 1 à 2g par jour.

de préférence le matin à jeun.

La maladie de Parkinson : en complément du traitement médical classique. En effet, une amélioration de l’activité des neurones dopaminergiques entraîne une augmentation du mouvement spontané, de la rigidité musculaire et des tremblements.

Conseil : il est préférable d’en prendre 1 à 6g maximum par jour. De préférence le matin pour éviter la perturbation du sommeil et le matin à jeun.

Approfondir vos connaissances : https://www.biolineaires.com/la_tyrosine_pour_booster_la_dopamine/

 

Dopamine = doper 

 

 

Acétylcholine : la mémoire

Acétylcholine : la mémoire

Accueil » Blog

 

Explications :

 

L’acétylcholine joue un rôle important aussi bien dans le système nerveux central, où elle est impliquée dans la mémoire et l’apprentissage, que dans le système nerveux périphérique, notamment dans l’activité musculaire et les fonctions végétatives.

L’acétylcholine est le seul neurotransmetteur majeur qui n’est pas fabriqué à partir d’un acide aminé.

Les régions du cerveau qui offrent la plus forte densité de neurones utilisant la choline, sont celles qui dégénèrent dans la maladie d’Alzheimer.

Même chez la personne en bonne santé, on sait qu’avec l’âge, l’organisme fabrique moins d’acétylcholine. Cette situation est à l’origine de troubles de la mémoire, manque de concentration, oublis.

 

 

Effets favorables :

 

Pour résumer, l’acétylcholine commande la capacité à retenir une information, la stocker et la retrouver au moment nécessaire.

 

 

Effets défavorables :

 

Lorsque le système qui utilise l’acétylcholine est perturbé apparaissent des troubles de la mémoire, voire dans les cas extrêmes des formes de démence sénile.

 

 

Favoriser synthèse d’acétylcholine :

 

Prendre des vitamines B9 et B12.

Les meilleures sources de cholines par l’alimentation sont : Le jaune d’oeuf est de loin l’aliment le plus riche en choline : un oeuf (50 g) en contient 125 mg. Viennent ensuite le foie des animaux (autour de 300 mg/100 g), la viande et le poisson (de 70 mg à 100 mg/100 g), puis les légumineuses et les noix (autour de 40 mg/100 g).

 

 

Conclusion :

 

D’après certaines études, l’acétylcholine jouerais donc un rôle important sur 2 pathologies :

La maladie d’Alzheimer : cette maladie est associée à un déficit d’acétylcholine dans le cerveau. Donc la choline ralentirait la progression de cette maladie.

L’asthme : au cours de 2 essais cliniques menés en Inde et publiés en 1997, des chercheurs ont constaté qu’un supplément de choline (de 500 mg à 1 000 mg par jour) avait fait diminuer la fréquence et l’intensité des crises d’asthme et avait contribué à réduire la dépendance des sujets aux inhalateurs médicamenteux.

 

 

 

Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

Les 6 neurotransmetteurs

Les 6 neurotransmetteurs

Accueil » Blog

 

Explications :

 

Les 6 neurotransmetteurs suivants sont les plus importants par rapport au contrôle qu’ils exercent sur les neurones. Elles sont secrétées par notre cerveau et conditionnent notre façon d’être.

 

Acétylcholine : la mémoire

 

Il joue un rôle important aussi bien dans le système nerveux central, où elle est impliquée dans la mémoire et l’apprentissage, que dans le système nerveux périphérique, notamment dans l’activité musculaire et les fonctions végétatives.

L’acétylcholine est le seul neurotransmetteur majeur qui n’est pas fabriqué à partir d’un acide aminé.

Les régions du cerveau qui offrent la plus forte densité de neurones utilisant la choline, sont celles qui dégénèrent dans la maladie d’Alzheimer. Même chez la personne en bonne santé, on sait qu’avec l’âge, l’organisme fabrique moins d’acétylcholine. Cette situation est à l’origine de troubles de la mémoire, manque de concentration, oublis.

Pour résumer, l’acétylcholine commande la capacité à retenir une information, la stocker et la retrouver au moment nécessaire.

 

Favoriser la synthèse de l’acétylcholine :

 
  • Prendre des vitamines B9 et B12
  • Les meilleures sources de cholines sont  le jaune d’oeuf, la viande, le foie, le soja, les crucifères et les céréales.

 

 

Dopamine : le moteur

 

La dopamine est un neurotransmetteur principalement synthétisé par l’acide aminé de la tyrosine. Elle affecte le mouvement musculaire, la croissance des tissus, le fonctionnement du système immunitaire. Elle intervient dans la sécrétion de l’hormone de croissance.

Les réseaux dopaminergiques du cerveau sont étroitement associés aux comportements d’explorations, à la vigilance, la recherche du plaisir et l’évitement actif de la punition (fuite ou combat).

Chez l’homme, la baisse d’activité des neurones dopaminergiques d’une certaine région du cerveau entraîne une diminution du mouvement spontané, une rigidité musculaire et des tremblements. C’est la maladie de Parkinson.

On trouve une activité dopaminergique basse dans les dépressions de type mélancolique, caractérisées par une diminution de l’activité motrice et de l’initiative, une baisse de la motivation. A l’inverse, les produits, les activités qui procurent du plaisir, comme l’héroïne, la cocaïne, le sexe, activent certains systèmes dopaminergiques. Ainsi, les médicaments qui augmentent la dopamine, comme la L-Dopa ou les amphétamines, augmentent aussi l’agressivité, l’activité sexuelle, et l’initiative.

Pour résumer, la dopamine crée un terrain favorable à la recherche de plaisir ou d’émotions, à l’état d’alerte, au désir sexuel.

À l’inverse, lorsque la synthèse ou la libération de dopamine est perturbée, on peut voir apparaître démotivation, dépression, …

 

Favoriser la synthèse de dopamine : 

La plupart des aliments riches en protéines comme la viande, l’avocat, l’oeuf, le poisson et les amandes sont des bonnes sources de phénylalanine et tyrosine.

 

 

Noradrénaline

 

  • Synthétisée à partir du même acide aminé qui sert à fabriquer la dopamine
  • Stimule la libération de la graisse mise en réserve et contrôle la libération des hormones qui régulent la fertilité, la libido, l’appétit et le métabolisme
  • Module l’attention, l’apprentissage et facilite la réponse aux signaux de récompense

 

La caféine augmente la noradrénaline du cerveau ce qui améliore la capacité à accomplir des tâches répétitives, ennuyeuses, non sanctionnées par des récompenses. L’administration de tyrosine à des patients dépressifs augmente la sécrétion de noradrénaline.

Pour conclure, la noradrénaline semble créer un terrain favorable à l’éveil, l’apprentissage, la sociabilité, la sensibilité aux signaux émotionnels, le désir sexuel.

À l’inverse, lorsque la synthèse ou la libération de noradrénaline est perturbée, peuvent apparaître repli sur soi, détachement, démotivation, dépression, baisse de la libido.

 

Favoriser la synthèse de Noradrénaline :

Comme pour la Dopamine

 

Sérotonine

 

  • Synthétisée à partir d’un acide aminé : le tryptophane
  • Joue un rôle majeur dans la coagulation sanguine, la venue du sommeil, la sensibilité aux migraines.
  • Utilisée par le cerveau pour fabriquer une hormone célèbre : la mélatonine

 

Dans le cerveau, la sérotonine influence les autres neurotransmetteurs, principalement la dopamine. Elle essaie de créer un équilibre entre sérotonine/dopamine.

Les taux anormalement bas de sérotonine sont généralement associés à des comportements impulsifs, agressifs, voire très violents. C’est notamment le cas dans les formes violentes de suicide.

En résumé, la sérotonine semble créer un terrain favorable aux comportements prudents, réfléchis, calmes, voire inhibés.

À l’inverse, des taux de sérotonine bas apparaissent associés à l’extroversion, l’impulsivité, l’irritabilité, l’agressivité, voire dans les cas extrêmes aux tendances suicidaires.

 

Favoriser la synthèse de sérotonine :

Compléments alimentaires ou bien principalement consommer du riz complet, des légumes (soja, haricot, pois, lentille), des crucifères (brocoli, chou-fleur, chou de Bruxelles), oeufs, produits laitiers, viandes, poisson gras, chocolat noir, bananes, noix et graines.

 

Gaba

 

  • Synthétisé à partir de l’acide glutamique.
  • neurotransmetteur le plus répandu dans le cerveau.
  • semble impliqué dans certaines étapes de la mémorisation.

 

Il freine la transmission des signaux nerveux lui, sans lui les neurones pourraient s’emballer jusqu’à épuisement du système. Il permet donc de les maintenir sous contrôle.

Il favorise le calme et la relaxation, il diminue la tonicité musculaire, ralentit le rythme cardiaque, réduit les convulsions de l’épilepsie, ainsi que les spasmes musculaires. Surtout, on sait qu’il joue un rôle clé dans le contrôle de l’anxiété (une forme de « panique » électrique), depuis que le mode d’action des benzodiazépines a commencé d’être connu.

Pour résumer, le GABA semble favoriser la relaxation.

À l’inverse, des niveaux bas de ce neurotransmetteur entraînent des difficultés d’endormissement et de l’anxiété.

 

Favoriser la synthèse de Gaba :

Il faut avoir une alimentation suffisamment riche en glucides. Privilégier les aliments comme : les amandes, l’avoine complet, la banane, le blé complet, le brocoli, les noix, les lentilles, le son de riz, le flétan.

 

Adrénaline

 

L’adrénaline active la réponse de l’organisme à un stimuli, principalement celui du stress.

Elle agit sur le système nerveux sympathique et peut donc permettre d’augmenter le pouls, la pression sanguine, améliorer la mémoire, diminuer la réflexion, augmenter la force de contraction musculaire, accroître le flux sanguin et la capacité respiratoire (par relâchement des muscles lisses), dilater les pupilles et faire se dresser poils et cheveux.

Elle prépare donc l’organisme à une réaction du type «fuir» ou «faire face». L’organisme se met en mode survie par rapport au danger de la situation.

 

Pour limiter les effets néfastes d’un taux d’adrénaline chroniquement élevé :

  • Pensez aux plantes
  • Aux techniques de gestion du stress comme la méditation et la cohérence cardiaque.
  • Aux aliments riches en magnésium comme les céréales complètes. Les céréales complètes +++, les amandes, noix de cajou, les fruits de mer, les bananes, le chocolat noir, …

 

En résumé, l’adrénaline est le neurotransmetteur qui nous permet de réagir dans une situation de stress.

Des taux élevés d’adrénaline conduisent à la fatigue, au manque d’attention, à l’insomnie, à l’anxiété et dans certains cas à la dépression.

 

Conclusion :

 

Chaque neurotransmetteur joue un rôle important dans la façon de nous comporter aux quotidien face aux situations qui se présentent à nous. Ils sont responsables de nos décisions, de notre façon d’être et des ordres que transmets notre cerveau à notre corps.

Je détaillerai plus précisément chacun de ces neurotransmetteurs dans mes prochains articles.

 

 

 

Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

Les 5 phases du deuil

Les 5 phases du deuil

Accueil » Blog

 

 

Explications :

 

Le deuil est un sentiment de tristesse profonde éprouvée suite à une perte telle que le décès d’un proche, une rupture sentimentale, un problème de santé grave, perte de son travail, …

La perte est ressentie, consciemment ou inconsciemment, comme une partie de soi qui nous est retirée et engendre un état affectif douloureux.

Le processus de deuil, issu des travaux du Docteur Elisabeth Kübler Ros dans les années 60, est composé de 5 étapes distinctes.

 

Les 5 étapes :

 

Le Déni :

C’est la réaction au choc lorsqu’on apprend la perte. Cette réaction est caractérisée par le refus de croire à ce qui arrive. C’est généralement une phase assez courte et intense pendant laquelle la raison et les émotions semblent paralysées.

 

La Colère :

Elle survient lorsque la réalité de la perte s’impose. Un sentiment d’injustice peut alors apparaître et provoquer de l’agressivité et une volonté, plus ou moins diffuse, de vengeance.

On en veut au monde entier.

 

Le Marchandage :

Cette phase est faite de négociations avec soi-même afin de trouver des compensations au manque ressenti. Elle est cependant essentiellement une illusion. Par exemple : « Pourquoi lui ? Pourquoi pas moi ? ». Cette phase est la moins longue.

 

La Dépression :

Cette phase est la plus longue du processus et peut se prolonger plusieurs mois ou même plusieurs années. Elle est caractérisée par une grande tristesse, des angoisses et une énergie très basse.

La personne est plongée dans une détresse nourrie par des sentiments de culpabilité et des remises en question permanentes. Elle ressasse sans cesse les causes du deuil.

Elle a l’impression que cette période ne se terminera jamais car les émotions qui la submergent lui paraissent insurmontables.

 

Acceptation :

C’est la dernière étape du deuil. C’est une phase de reconstruction où la personne endeuillée se résigne et commence à comprendre et à accepter la réalité de la perte.

C’est la phase pendant laquelle la vie va reprendre son cours. La personne endeuillée retrouve progressivement son énergie et l’ensemble de ses capacités psychiques et psychologiques et parvient à organiser sa vie en fonction de la perte.

 

Conclusion :

 

Selon la personne, ces 5 phases peuvent être vécues dans le désordre et il est possible de repasser par une phase déjà vécue tant que l’on n’a pas atteint l’ultime phase : l’acceptation.

Le soutien par l’entourage de la personne endeuillée est naturellement essentiel pour vivre ce cheminement dans les meilleures conditions.

 

 

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

Le Glutathion : le roi des antioxydants naturels

Le Glutathion : le roi des antioxydants naturels

Accueil » Blog

 

Explications :

 

Le glutathion est une molécule que l’on considère comme essentielle à l’apparition de la vie humaine sur Terre. Il s’agit de l’antioxydant le plus important présent dans le corps. Il est synthétisé de façon naturelle par notre foie.

 

Rôles :

 

Il intervient très rapidement contre les dégâts cellulaires provoqués par l’oxydation et les radicaux libres endommageant notre système.

Il est également important car il permet les échanges d’électrons (énergie) à l’intérieur de la cellule.

Le glutathion est vital pour détoxifier les métaux lourds tels que le mercure, le plomb, …

Il permet de protéger les cellules contre l’environnement extérieur comme les polluants et poisons, tels que la combustion de carburants, de la fumée de cigarette, des radiations, …

 

Les radicaux libres :

 

Selon une étude américaine très sérieuse réalisée par Dean Jones en 2002, on remarque qu’à l’approche de la cinquantaine, l’homme et la femme deviennent particulièrement fragiles face aux radicaux libres et ceux-ci peuvent être dangereux en excès.

En vieillissant nos mitochondries fonctionnent moins bien et accumulent d’avantage de radicaux libres au fil des ans.

Mais les radicaux libres peuvent également provenir de notre environnement extérieur, tels que la pollution, les radiations, les agents infectieux, l’alimentation, les médicaments et le stress psychologique.

 

Le glutathion diminue avec l’âge :

 

Pour donner un ordre d’idée, des études constatent une perte de 15% de son taux dans l’organisme entre 21 et 30 ans, 25% entre 31 et 40 ans, 34% entre 41 et 50 ans et 40% à plus de 51 ans.

 

Les effets thérapeutiques :

 

Les antioxydants joue un rôle majeur dans le maintien d’une bonne santé et la prévention des maladies.

Le glutathion agit sur :

  • Vieillissement
  • Maladies neurologiques
  • Cancer
  • Maladies cardiaques
  • Diabète
  • Maladies pulmonaires
  • Problèmes digestifs
  • Hépatites
  • Problèmes rénaux
  • Grossesse
  • Métabolisme N-acétylimidoquinone

Pour des explications plus approfondies : https://fr.wikipedia.org/wiki/Glutathion

 

Meilleur traitement :

 

Le glutathion est disponible sous forme de comprimés ou de poudre dans beaucoup de laboratoires mais ceci ne sont pas efficace car il est partiellement détruit par l’acidité de l’estomac. Du coup c’est simplement un effet placebo.

A l’époque le glutathion était vraiment efficace qu’en intraveineuse. Mais maintenant il existe une nouvelle forme galénique capable de concurrencer la piqûre : le glutathion liposomal.

En effet, l’encapsulation permet de passer les barrières enzymatiques de l’estomac sans subir de dégradation. De ce fait, la molécule active est protégée et sortira uniquement en contact de la membrane externe d’une de nos cellules. Cela garantit un effet d’absorption optimale par notre organisme.

 

Conclusion :

 

Vérifier bien lors de votre achat qu’il y est écrit sur votre flacon « Glutathion Liposomé » pour un résultat optimal.

L’idéal c’est de faire une cure de 2 mois et au bout de 15 jours – 1 mois de cure vous commencerez à ressentir les effets du traitement et aussi à vous sentir plus énergique du fait de cette détoxification naturelle du corps.

Pour information :

  • La vitamine C prise régulièrement a pour effet d’augmenter le taux de glutathion sanguin.
  • Le glutathion est aussi présent dans les fruits, les légumes comme le brocoli, les poissons et également les viandes.

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

L’ostéopathie et la posturologie

L’ostéopathie et la posturologie

Accueil » Blog

 

Explications :

La posturologie est une science qui peut servir à optimiser la compréhension des chaînes mécaniques lésionnelles en ostéopathie.

En effet, la posturologie étudie l’homme dans son équilibre statique. Elle permet de comprendre pourquoi une personne adopte une position préférentielle qui n’est pas toujours harmonieuse et qui est susceptible de générer un certain nombre de tensions et de troubles.

Nous sommes tous asymétriques, résultat de notre constitution, de nos habitudes, de notre mode de vie

Il faut savoir que le corps se sert de différents capteurs qui lui permettent d’une part de connaître la position des différents segments qui le composent, d’autre part de se situer dans l’espace.

Les endocapteurs :

Ce sont les capteurs qui permettent à l’homme de se situer par rapport à lui-même. On y retrouve :

  • Les muscles : renseignant le cerveau sur la position à adoptée en fonction du degré d’étirement.
  • Les articulations : indiquant en permanence l’angulation
  • L’oreille interne : permettant de stabiliser les mouvements au cours des déplacements
  • L’occlusion dentaire : informant sur le contact inter-dentaire

 

Les exocapteurs :

Ce sont les capteurs qui permettent à l’homme de se situer dans l’espace. On y retrouve :

  • Les pieds : permettant les appuis en position debout
  • Les yeux : permettant de se repérer par rapport à l’environnement
  • La peau : informant en cas de contact

 

Synthèse des informations :

Le cerveau collecte l’ensemble des informations fournies par les endocapteurs et les exocapteurs. Il les synthétise et en extrait un résultat destiné à faire adopter au corps la meilleure posture possible.

Evidemment, si une information est faussée, c’est tout l’équilibre postural qui en pâtit. C’est la raison pour laquelle l’équilibre des différentes structures qui participent à la station debout est primordial pour éviter les tensions.

 

Ostéopathie :

En comprenant l’origine des troubles grâce à la posturologie, l’ostéopathe est à même de remonter à l’origine de l’instabilité posturale et de la corriger par une technique adaptée.

Les différentes pathologies :

De nombreuses pathologies sont en relation avec un déséquilibre postural :

  • Lombalgies chroniques, sciatalgies récurrentes, hernies discales
  • Gonalgie, scapulalgies, coxalgies fréquemment asymétriques
  • Cervicalgies avec torticolis récidivants, dorsalgies–Blessures musculaires récidivantes
  • Fibromyalgies
  • Persistances de douleurs après prothèses articulaires
  • Dyslexie, dysgraphie
  • Tendinopathies récidivantes
  • Entorses récidivantes
  • Céphalées et vertiges
  • Épines irritatives calcanéennes
  • Syndrome de Morton
  • Halux valgus
  • Aponévrosites plantaires
  • Perte de la performance
  • Scolioses

 

Traitement ostéopathique :

L’ostéopathe procède à une série de tests qui lui permettent de déterminer les capteurs défaillants qui sont à l’origine d’une information posturale erronée.
Il travaille et corrige :

  • Les chaînes lésionnelles musculaires
  • Les pieds (correction des mauvais appuis)
  • La colonne vertébrale (Dysfonction vertébrale suite mauvaise posture)
  • Les yeux (travail de rééquilibration des muscles oculomoteurs)
  • L’ATM (réf article ostéopathie et orthodontie)

L’ostéopathie posturale s’adresse essentiellement aux patients qui souffrent de façon chronique.

Il s’agit le plus souvent d’un traitement au long cours qui demande un suivi régulier pour porter ses fruits de façon durable.

Même si les résultats sont souvent immédiats, le suivi est indispensable pour éviter les récidives.

 

Travail pluridisciplinaire :

Il est possible lorsqu’on pratique l’ostéopathie et la posturologie, d’avoir besoin d’un travail complémentaire. Il s’effectue en coopération avec :

  • Des pédicures-podologues (réalisation de semelles orthopédiques si nécessaire)
  • Des ophtalmologistes (permettant de recommander des lunettes adaptées)
  • Des dentistes (permettant de corriger une malocclusion s’il n’y aucune dysfonction de l’ATM)

 

Mes conseils :

Etirements :

Tous les matins en se levant pensez à vous étirer en mettant bien les bras au-dessus de votre tête afin d’étirer toute votre colonne vertébrale. Comme les bébés et les animaux qui eux le font déjà naturellement dès le réveil.

S’hydrater :

Pensez à bien vous hydratez en eau, cela pourrait éviter que votre corps ne fasse une trop importante compensation en cherchant à se soulager d’une douleur.

 

Conclusion :

Le déséquilibre postural peut engendrer :

  • contraintes articulaires anormales
  • Souffrances et usure des cartilages
  • Douleurs du dos et des articulations
  • Tensions musculaires
  • Souffrances tendineuses
  • Claquages et tendinites
  • Mauvais rendement sportif

L’équilibration du système musculo-articulaire joue un rôle majeur en ostéopathie.

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

L’ostéopathie et les émotions

L’ostéopathie et les émotions

Accueil » Blog

 

Explications :

 

Au quotidien, notre mental répond à travers notre organisme aux pressions ou contraintes de la part de son environnement (les personnes, les situations, le travail, etc…).

Le plus souvent, cela se traduit par des manifestations physiques comme l’accélération du rythme cardiaque, des contractions musculaires, des mains moites et des tensions au niveau crânien perturbant la circulation fluide du liquide céphalo-rachidien (LCR).

Et c’est tout cela qui nous empêchent de vivre comme nous le voulons.

Nos schémas de pensés ou nos croyances limitantes peuvent également contribuer à nous mettre dans un état émotionnel pouvant créer des blocages (conscients ou inconscients), des tensions, du stress, etc…

Donc selon notre état émotionnel (stress, peurs, dépressions, dépendances, chocs traumatiques, chocs émotionnels, etc…), notre mental entraînera des conséquences sur notre corps.

 

Ostéopathie :

 

L’objectif est de travailler dans un premier temps sur les conséquences physiques puis dans un second temps d’en comprendre les origines et les blocages mentaux avec le patient.

Les 3 principaux traitements ostéopathiques :

  • Crânien afin de réguler le système neuro-végétatif et fluidifié le passage du LCR.
  • Viscéral afin de réguler les troubles digestifs et détendre le diaphragme.
  • Ostéopathie structurelle afin de libérer les tensions, les douleurs musculaires et les blocages articulaires.

 

Mes conseils :

 

Ces solutions permettent de faire un premier travail sur soi et ensuite une reprogrammation neuronale de changement d’état d’être.

  • Méditation
  • Affirmations positives
  • Compléments alimentaires
  • Fleurs de Bach

 

Pour des conseils plus ciblés et adaptées à chacun, j’ai besoin de vous rencontrer en consultation en cabinet pour apprendre à vous connaître et ensuite vous donner le programme à suivre.

En général et selon la demande du patient, le programme se fait sur 1 an à raison d’1 séance par mois.

 

 

Un exemple d’une de mes expériences personnelles :

 

Une patiente est venu à mon cabinet pour un mal de dos classique. On commence la séance et en parlant un peu plus elle me raconte qu’elle a des plaques blanches depuis 3 mois dans la gorge et que les médecins ne savaient pas trop ce qu’elle avait.

Elle ressent juste une gêne dans la gorge mais aucune douleur.

Je lui demande si elle n’a pas eu un choc émotionnel récemment et elle commence à me dire qu’elle vient de perdre sa mère il y a 3 mois dont elle était très proche.

Je lui dit de ne plus chercher plus loin et que c’est très probables que ses plaques blanches dans la gorge viennent de là et que c’est possible que son mal de dos soit lié également.

Je la revois 2 semaines plus tard et elle m’annonce ravie que ces plaques blanches avaient complètement disparu.

Quand elle a pris conscience de la raison de l’apparition de ces plaques son corps a naturellement réagit pour les enlever, de la même manière qu’il les avaient fait apparaître. Son esprit était apaisé.

Ce qui est intéressant de remarquer c’est que l’esprit humain cherche en permanence des réponses et des justificatifs à chaque chose pour se sentir bien et se rassurer. Il a besoin en permanence d’essayer de tout comprendre.

Ce qui est une très bonne chose si on arrive à le canaliser car on sera toujours en apprentissage pendant toute notre vie.

 

Conclusion :

 

En vérité, on ne se sent pas bien lorsqu’on essaie d’être quelqu’un d’autre (donc en contradiction avec notre mental) et on se sent bien quand on est nous même (donc en accord avec notre mental).

On pourrait interpréter cela comme l’état de stress dans le premier cas et comme l’état de relaxation dans le second cas.

Il est également intéressant de constater que c’est pour cela que les sportifs de haut niveau se programme mentalement avant une compétition ou bien que les célébrités se programme mentalement avant de monter sur scène.

C’est ce qu’on appelle la visualisation.

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

L’ostéopathie et le sport en général

L’ostéopathie et le sport en général

Accueil » Blog

 

Explications :

 

Le sport avant 18 ans :

Tous les sports sont bons pour les enfants et cela est essentiel à leur développement psychomoteur. L’activité physique aide l’enfant à prendre conscience de son corps et à apprendre à le contrôler sans surcharger son dos relativement fragile pendent la période de croissance. La natation est conseillée classiquement bien qu’elle ait tendance à enrouler en cyphose le haut du dos. Les sports de ballons, la gym aux agrès et la danse pour les filles sont également des très bons sports car ils vont fournir à l’enfant un contrôle postural parfait du dos. A l’inverse, ce qui peut être nocif pour le dos de l’enfant c’est le sport unique pratiqué de façon intensive en compétition avant 16 ans :

  • Risque important d’Osgood schlatter
  • Déformation du dos

Sport conseillé à partir de 7 ans : les arts martiaux mais plus particulièrement le judo qui a développé depuis longtemps une très bonne pédagogie adaptée aux étapes neuro-motrices de l’enfant.

 

Le sport en général :

Suite à la répétition des mouvements spécifiques à chaque sport et à des chocs traumatiques, le corps du sportif est mise à rude épreuve. En effet, cela entraînera des restrictions de mobilités, des contractures musculaires (plus ou moins chronique), des douleurs articulaires et des raideurs. Tout cela pouvant conduire à des risques de blessures et indirectement par une baisse des performances sportives.

 

Ostéopathie :

 

  • L’amélioration des performances sportives
  • La préparation à l’effort
  • La récupération après l’effort
  • La prévention des traumatismes
  • Le traitement des traumatismes

 

L’amélioration des performances sportives :

L’ostéopathie permet au sportif d’améliorer ses performances en améliorant sa souplesse ainsi que sa capacité respiratoire. Elle permet également de diminuer les risques de blessures et de favoriser la récupération après l’effort.

La préparation à l’effort :

La préparation du sportif avant une compétition ou une nouvelle saison est importante. L’ostéopathe va préparer le sportif à l’effort et ainsi permettre de conditionner son corps à son meilleur niveau (amélioration de son souffle, limitation des crampes, amélioration souplesse articulaire, amélioration équilibre du corps et récupération plus rapide après l’effort).

La récupération après l’effort :

L’ostéopathie dans le cadre de la récupération du sportif est primordiale pour la prévention des crampes, des courbatures et des tendinites. En augmentant la qualité de la circulation sanguine, l’athlète peut ainsi éliminer les toxines de ses muscles plus rapidement. Essentielle lors des compétitions qui durent plusieurs jours.

La prévention des traumatismes :

L’ostéopathie permet l’équilibration du corps dans l’espace. Ainsi un sportif mieux équilibré aura moins de chance de se blesser lors d’un effort.

Le traitement des traumatismes :

Si malgré la prévention, l’athlète se blesse, et dans la mesure où la blessure ne nécessite pas d’actes chirurgicaux, l’ostéopathe pourra effectuer un traitement en collaboration avec les autres professionnels de santé afin que le sportif puisse reprendre l’entrainement le plus rapidement possible. L’efficacité du traitement ostéopathique permet d’enrayer le processus d’aggravation de ceux-ci et de conserver l’équilibre du corps pour pratiquer durablement une activité sportive.

 

Mes conseils :

 

S’étirer fréquemment :

  • Avant l’activité afin d’éviter les risques d’élongations, déchirures, …
  • Après l’activité afin de relâcher la pression et les toxines dans les muscles.

Bien s’hydrater :

Boire beaucoup d’eau afin d’éviter les risques de hernie et de tassement vertébral. Ce n’est pas pour rien que notre corps est composé de 80% d’eau.

 

Conclusion :

 

L’objectif étant que le sportif évolue dans les meilleures conditions physiques et psychiques possibles.  

Structure équilibrée + mobilité correcte = fonction optimale

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

L’ostéopathie et la sciatique

L’ostéopathie et la sciatique

Accueil » Blog

Explications :

La sciatique est une douleur lombaire irradiante qui descend dans la jambe face postérieure ou externe et qui se termine dans le pied. Ceci est la résultante d’un nerf sciatique irrité. Il se situe entre les vertèbres L5-S1 et se compose de 5 racines. Selon la racine atteinte, la douleur peut suivre un trajet bien précis.

  • L5 : la douleur lombaire se prolonge sur la face externe de la cuisse et de la jambe, croise le dos du pied et gagne le gros orteil
  • S1 : la douleur lombaire se prolonge sur la fesse, la face postérieure de la cuisse et de la jambe, et passant par la plante du pied, atteint le cinquième orteil

 

Les différentes causes :

  • Une hernie discale : généralement considéré comme la cause principale et qui résulte de l’altération du disque intervertébral.
  • Un canal lombaire étroit : un rétrécissement du canal lombaire entraînant une compression des racines nerveuses dans la région et touchant principalement les plus de 50 ans.
  • Le piriforme : contracture ou bien inflammation du muscle piriforme entraînant une pression sur le nerf sciatique et touchant principalement les sportifs.
  • Un traumatisme : suite à un traumatisme physique ou bien émotionnel, cela est possible d’entraîner des dommages aux racines nerveuses ou bien des compressions nerveuses.
  • L’arthrose : pouvant entraîner une compression nerveuse et touchant principalement les personnes âgées.

 

Facteurs de risque :

  • Pratiquer un sport ou un travail nécessitant de lever des charges lourdes à répétition ou de faire des torsions.
  • Rester trop longtemps en position assise.
  • Faire peu d’activité physique.
  • Avoir un excès de poids.
  • Avoir une mauvaise posture.
  • Avoir des muscles abdominaux faibles.

 

Ostéopathie :

L’ostéopathe peut agir en local sur :

  • Les vertèbres lombaires : afin de restaurer la mobilité du bas du dos pouvant compresser le nerf sciatique.
  • Le viscéral : afin de restaurer la mobilité des organes pouvant tirer sur les lombaires et ainsi irriter le nerf sciatique
  • Les contractures musculaires : afin de décontracter les muscles pouvant entraîner des dysfonctions articulaires et irriter le nerf sciatique. Principalement le muscle piriforme.

 

La sciatique peut également être la conséquence d’une autre origine dans le corps ou le mental. Dans le corps tout est lié et donc les structures peuvent influer les unes sur les autres. L’ostéopathe prend en compte le corps dans son ensemble et va donc chercher la cause primaire de cette dysfonction.

 

La plupart du temps, la sciatique ne descend pas jusqu’au pied. Il est alors fort probable que l’origine de la douleur provienne du muscle piriforme qui en se contractant comprime le nerf sur son trajet. Le nerf sciatique ayant moins de place s’irrite. On appelle ça une « sciatique tronquée ».

Par ailleurs, trop souvent j’entends des patients utiliser le terme de scoliose alors qu’ils ont simplement une « attitude scoliotique ». En fait, imaginons que le bassin est un bateau et que les vertèbres soient le mât, et maintenant imaginons que le bateau va de « travers » alors forcément le mât va suivre. Il se passe donc la même chose au niveau anatomique.

 

Mes conseils :

 

Faire des étirements :

L’objectif étant d’aller mieux donc n’insistez pas sur un étirement si celui-ci vous provoque plus de mal que de bien.

 

L’étirement des muscles fessiers dont le piriforme :

  1. Allongez-vous sur un sol dur
  2. Fléchissez une jambe vers vous
  3. Attrapez cette jambe et ramenez la le plus possible vers votre épaule opposée.
  4. Tenez la position environ 30 secondes à 1 minute.
  5. Recommencez l’opération avec l’autre jambe.
  6. Idéalement refaite cet exercice 2 à 3 fois par jour.

 

L’étirement des ischio-jambiers :

  1. Mettez-vous debout
  2. Levez une jambe et tendez là devant vous sur un plan surélevé (table, chaise, …).
  3. Avancez votre tronc en avant le plus possible, sans courber le dos et comme si vous souhaitez toucher vos orteils.
  4. Tenez la position environ 30 secondes à 1 minute.
  5. Recommencez l’opération avec l’autre jambe.
  6. Idéalement refaite cet exercice 2 à 3 fois par jour.

 

L’étirement des psoas :

  1. Mettez-vous debout
  2. Placez vous dans la position du « chevalier servant » c’est-à-dire avec un genou au sol en arrière et l’autre jambe en appui le pied en avant.
  3. Gardez votre dos bien droit. Et si vous le souhaitez, vous pouvez optimiser la posture en tendant vos 2 bras vers le ciel.
  4. Tenez la position 30 secondes à 1 minute.
  5. Recommencez l’opération avec l’autre jambe.
  6. Idéalement refaite cet exercice 2 à 3 fois par jour.

 

Penser aux gestes et postures :

  • Pour dormir : se mettre sur un côté et placer un coussin entre les genoux. Cette position soulage les disques vertébraux.
  • Pour la voiture : commencer par s’asseoir sur le siège puis rentrer une jambe après l’autre. Processus inversé pour sortir du véhicule.
  • Pour se lever du lit : Fléchir les genoux et pivoter d’un côté. Puis mettre les pieds dans le vide et utiliser les bras pour aider à s’asseoir.

 

Utiliser la chaleur :

Massez-vous la zone des lombaires et l’arrière de la fesse avec une crème chauffante (comme par exemple le baume du tigre) ou bien vous pouvez tenter les patchs chauffants.

 

 

Conclusion :

 

En prévention, dans la vie quotidienne, il est possible de limiter le risque de sciatique. Cela commence par la pratique régulière d’une activité physique adaptée. En effet, le sport améliore le renforcement musculaire et contribue à éviter les récidives de sciatique. Les sports généralement conseillés sont la marche, le vélo et la natation.

Par ailleurs, une alimentation saine et équilibrée est recommandée.

A noter, la sciatique peut aussi être associée à un problème de lombalgie chronique (ce sujet sera plus approfondi dans un prochain article).

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

L’ostéopathie et le stress

L’ostéopathie et le stress

Accueil » Blog

Explications :

Le stress est l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Ces réponses dépendent toujours de la perception et de la façon qu’a l’individu de faire face aux pressions qu’il ressent.

Le stress est certainement le mal du siècle dans nos sociétés occidentales et l’ostéopathie apporte une solution naturelle à ce fléau des temps modernes.

 

Les 3 phases du stress :

 

La phase d’alarme :

Immédiatement après le choc, une vague d’hormone va déferler dans le corps. C’est la fameuse adrénaline qui va accélérer l’ensemble des fonctions vitales. C’est la réaction de défense de notre organisme face au danger.

  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Accélération de la respiration pulmonaire
  • Augmentation de la vitesse de la circulation sanguine
  • Contraction des muscles

 

La phase de résistance :

Une fois le premier choc passé, l’organisme va faire en sorte de lutter contre le stress oxydatif. Arrive donc l’intervention d’une nouvelle hormone : le cortisol. Son rôle est essentiellement anti-inflammatoire.

Le corps dresse un premier bilan :

  • Soit les mécanismes de défenses se sont révélés efficaces et tout rentre dans l’ordre
  • Soit les mécanismes de défenses se sont révélés inefficaces et le stress s’installe de façon durable. Dans ce cas, on entre dans une phase chronique qui va mener à la dernière phase.

 

La phase d’épuisement :

L’ensemble du système nerveux n’a qu’un objectif : survivre malgré le stress. Une quantité colossale d’énergie est dépensée chaque jour pour continuer à aller de l’avant, ce qui mène peu à peu à l’épuisement.

Les principes d’économie d’énergie et de moindre effort qui régissent les lois de l’organisme ne sont plus d’actualité et des modifications biologiques s’installent :

  • Augmentation de l’activité cardiaque de façon anormale (apparition de troubles cardiaques plus ou moins graves avec le temps)
  • Dysfonctionnement anormal du système digestif (apparition de troubles digestifs)
  • Tensions musculaires (aboutissant à des spasmes, contractures et douleurs musculaires)
  • Sommeil non réparateur (agissant sur l’humeur)

Finalement, tout l’organisme est envahi par le stress et ses conséquences.

 

Ostéopathie :

Généralement, les patients consultant un ostéopathe sont déjà dans la troisième phase du stress mais ils l’ignorent. Ils viennent pour soulager les conséquences du stress.

Toutefois, il est possible de consulter avant un examen pour diminuer le stress par exemple.

  • L’ostéopathie crânienne va permettre de libérer des tensions et ainsi de réguler le système neuro-végétatif (SNV) qui est le principal responsable des troubles causés par le stress.
  • L’ostéopathie viscérale va permettre d’agir sur les conséquences du stress en corrigeant l’essentiel des possibles troubles digestifs occasionnés. Le diaphragme joue également un rôle majeur dans le stress et il est donc impératif de le traiter.
  • L’ostéopathie structurelle va permettre de libérer les tensions et douleurs musculaires ainsi que les possibles blocages articulaires engendrés par le stress.

 

Comme à chaque fois, les techniques seront adaptées au patient et à son histoire.

Pour les personnes vraiment stressées, il faut compter généralement 3 à 5 séances ou bien 1 séance par mois si le choc procurant l’état de stress ne passe pas (par exemple stress au travail permanent).

L’ostéopathe pourra également conseiller à son patient de se faire aider par un autre professionnel qui pourra travailler sur d’éventuels troubles psychologiques plus profonds qui ne relèvent pas nécessairement de sa compétence.

Approches complémentaires :
  • La psychothérapie
  • La sophrologie
  • Le yoga
  • Les massages
  • Les fleurs de Bach

 

Mes conseils :

La cohérence cardiaque :

C’est une technique de respiration permettant de réguler son stress et ses émotions.

L’objectif étant de faire 6 respirations par minute et pendant 5 minutes. Lors de ces 5 minutes on se recentre sur soi, on ne pense plus à rien, ni au passé et ni au futur, ce qui nous permet d’être dans le moment présent et donc d’apaiser notre mental et notre corps.

L’idéal pour pratiquer c’est :

  • Au matin dès le réveil avant même de penser à la journée qui nous attends
  • Le soir avant de s’endormir pour décompenser de notre journée
  • Lors d’une situation de stress (par exemple avant un examen ou une réunion)

 

Voici un lien pour s’entraîner : https://www.youtube.com/watch?v=dGJkzyKHKUE&list=WL&index=2&t=0s

 

La méditation :

Je vais vous donner une méthode de méditation basique et qui sera surtout axée sur la gestion du stress. Dans de futurs articles je rentrerai plus dans les détails sur ce sujet.

  • Mettez un minuteur de 5 ou 15 minutes
  • Allongez vous sur un endroit confortable et fermer les yeux. Durant tous le temps de la méditation vous devez ni bouger et ni ouvrir les yeux (c’est très important)
  • Commencez par faire 5 profondes inspirations et expirations
  • Ensuite détendez vous et laissez venir vos pensées. Acceptez les puis recentrez vous sur votre respiration.

 

En faisant cela on prouve que c’est possible à notre mental et à notre corps de traiter nos pensées tout en étant dans un état de relaxation. Avec la répétition de cet exercice on fait comprendre à notre cerveau qu’il n’y a pas besoin d’être en état de stress pour arriver à gérer certaines situations ou événements de notre vie.

L’objectif étant que le cerveau fasse le tour de chaque idée jusqu’à ce que vous ne pensez plus à rien. Cela va vous permettre de mettre de l’ordre dans votre tête et donc d’avoir les idées plus claires. Si vous obtenez ce résultat alors félicitations vous avez réussi à « dompter » votre mental.

 

Conclusion :

En général, le stress c’est quand on essaie d’être quelqu’un d’autre et la relaxation c’est quand on est soi-même.

Notre corps n’est pas fait pour rester en mode survie en permanence. Il y a beaucoup de facteurs pouvant nous laisser dans cet état permanent de stress mais il ne tient qu’à chacun d’entre nous de choisir de rester ou non dans cet état. Et vous quel chemin allez vous prendre ?

 

Stress Relaxation

Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises