Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
L’ostéopathie et la sciatique

L’ostéopathie et la sciatique

Blog

Explications :

La sciatique est une douleur lombaire irradiante qui descend dans la jambe face postérieure ou externe et qui se termine dans le pied. Ceci est la résultante d’un nerf sciatique irrité. Il se situe entre les vertèbres L5-S1 et se compose de 5 racines. Selon la racine atteinte, la douleur peut suivre un trajet bien précis.

  • L5 : la douleur lombaire se prolonge sur la face externe de la cuisse et de la jambe, croise le dos du pied et gagne le gros orteil
  • S1 : la douleur lombaire se prolonge sur la fesse, la face postérieure de la cuisse et de la jambe, et passant par la plante du pied, atteint le cinquième orteil

 

Les différentes causes :

  • Une hernie discale : généralement considéré comme la cause principale et qui résulte de l’altération du disque intervertébral.
  • Un canal lombaire étroit : un rétrécissement du canal lombaire entraînant une compression des racines nerveuses dans la région et touchant principalement les plus de 50 ans.
  • Le piriforme : contracture ou bien inflammation du muscle piriforme entraînant une pression sur le nerf sciatique et touchant principalement les sportifs.
  • Un traumatisme : suite à un traumatisme physique ou bien émotionnel, cela est possible d’entraîner des dommages aux racines nerveuses ou bien des compressions nerveuses.
  • L’arthrose : pouvant entraîner une compression nerveuse et touchant principalement les personnes âgées.

 

Facteurs de risque :

  • Pratiquer un sport ou un travail nécessitant de lever des charges lourdes à répétition ou de faire des torsions.
  • Rester trop longtemps en position assise.
  • Faire peu d’activité physique.
  • Avoir un excès de poids.
  • Avoir une mauvaise posture.
  • Avoir des muscles abdominaux faibles.

 

Ostéopathie :

L’ostéopathe peut agir en local sur :

  • Les vertèbres lombaires : afin de restaurer la mobilité du bas du dos pouvant compresser le nerf sciatique.
  • Le viscéral : afin de restaurer la mobilité des organes pouvant tirer sur les lombaires et ainsi irriter le nerf sciatique
  • Les contractures musculaires : afin de décontracter les muscles pouvant entraîner des dysfonctions articulaires et irriter le nerf sciatique. Principalement le muscle piriforme.

 

La sciatique peut également être la conséquence d’une autre origine dans le corps ou le mental. Dans le corps tout est lié et donc les structures peuvent influer les unes sur les autres. L’ostéopathe prend en compte le corps dans son ensemble et va donc chercher la cause primaire de cette dysfonction.

 

La plupart du temps, la sciatique ne descend pas jusqu’au pied. Il est alors fort probable que l’origine de la douleur provienne du muscle piriforme qui en se contractant comprime le nerf sur son trajet. Le nerf sciatique ayant moins de place s’irrite. On appelle ça une « sciatique tronquée ».

Par ailleurs, trop souvent j’entends des patients utiliser le terme de scoliose alors qu’ils ont simplement une « attitude scoliotique ». En fait, imaginons que le bassin est un bateau et que les vertèbres soient le mât, et maintenant imaginons que le bateau va de « travers » alors forcément le mât va suivre. Il se passe donc la même chose au niveau anatomique.

 

Mes conseils :

 

Faire des étirements :

L’objectif étant d’aller mieux donc n’insistez pas sur un étirement si celui-ci vous provoque plus de mal que de bien.

 

L’étirement des muscles fessiers dont le piriforme :

  1. Allongez-vous sur un sol dur
  2. Fléchissez une jambe vers vous
  3. Attrapez cette jambe et ramenez la le plus possible vers votre épaule opposée.
  4. Tenez la position environ 30 secondes à 1 minute.
  5. Recommencez l’opération avec l’autre jambe.
  6. Idéalement refaite cet exercice 2 à 3 fois par jour.

 

L’étirement des ischio-jambiers :

  1. Mettez-vous debout
  2. Levez une jambe et tendez là devant vous sur un plan surélevé (table, chaise, …).
  3. Avancez votre tronc en avant le plus possible, sans courber le dos et comme si vous souhaitez toucher vos orteils.
  4. Tenez la position environ 30 secondes à 1 minute.
  5. Recommencez l’opération avec l’autre jambe.
  6. Idéalement refaite cet exercice 2 à 3 fois par jour.

 

L’étirement des psoas :

  1. Mettez-vous debout
  2. Placez vous dans la position du « chevalier servant » c’est-à-dire avec un genou au sol en arrière et l’autre jambe en appui le pied en avant.
  3. Gardez votre dos bien droit. Et si vous le souhaitez, vous pouvez optimiser la posture en tendant vos 2 bras vers le ciel.
  4. Tenez la position 30 secondes à 1 minute.
  5. Recommencez l’opération avec l’autre jambe.
  6. Idéalement refaite cet exercice 2 à 3 fois par jour.

 

Penser aux gestes et postures :

  • Pour dormir : se mettre sur un côté et placer un coussin entre les genoux. Cette position soulage les disques vertébraux.
  • Pour la voiture : commencer par s’asseoir sur le siège puis rentrer une jambe après l’autre. Processus inversé pour sortir du véhicule.
  • Pour se lever du lit : Fléchir les genoux et pivoter d’un côté. Puis mettre les pieds dans le vide et utiliser les bras pour aider à s’asseoir.

 

Utiliser la chaleur :

Massez-vous la zone des lombaires et l’arrière de la fesse avec une crème chauffante (comme par exemple le baume du tigre) ou bien vous pouvez tenter les patchs chauffants.

 

 

Conclusion :

 

En prévention, dans la vie quotidienne, il est possible de limiter le risque de sciatique. Cela commence par la pratique régulière d’une activité physique adaptée. En effet, le sport améliore le renforcement musculaire et contribue à éviter les récidives de sciatique. Les sports généralement conseillés sont la marche, le vélo et la natation.

Par ailleurs, une alimentation saine et équilibrée est recommandée.

A noter, la sciatique peut aussi être associée à un problème de lombalgie chronique (ce sujet sera plus approfondi dans un prochain article).

 


Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises

L’ostéopathie et le stress

L’ostéopathie et le stress

Blog

Explications :

Le stress est l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Ces réponses dépendent toujours de la perception et de la façon qu’a l’individu de faire face aux pressions qu’il ressent.

Le stress est certainement le mal du siècle dans nos sociétés occidentales et l’ostéopathie apporte une solution naturelle à ce fléau des temps modernes.

 

Les 3 phases du stress :

 

La phase d’alarme :

Immédiatement après le choc, une vague d’hormone va déferler dans le corps. C’est la fameuse adrénaline qui va accélérer l’ensemble des fonctions vitales. C’est la réaction de défense de notre organisme face au danger.

  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Accélération de la respiration pulmonaire
  • Augmentation de la vitesse de la circulation sanguine
  • Contraction des muscles

 

La phase de résistance :

Une fois le premier choc passé, l’organisme va faire en sorte de lutter contre le stress oxydatif. Arrive donc l’intervention d’une nouvelle hormone : le cortisol. Son rôle est essentiellement anti-inflammatoire.

Le corps dresse un premier bilan :

  • Soit les mécanismes de défenses se sont révélés efficaces et tout rentre dans l’ordre
  • Soit les mécanismes de défenses se sont révélés inefficaces et le stress s’installe de façon durable. Dans ce cas, on entre dans une phase chronique qui va mener à la dernière phase.

 

La phase d’épuisement :

L’ensemble du système nerveux n’a qu’un objectif : survivre malgré le stress. Une quantité colossale d’énergie est dépensée chaque jour pour continuer à aller de l’avant, ce qui mène peu à peu à l’épuisement.

Les principes d’économie d’énergie et de moindre effort qui régissent les lois de l’organisme ne sont plus d’actualité et des modifications biologiques s’installent :

  • Augmentation de l’activité cardiaque de façon anormale (apparition de troubles cardiaques plus ou moins graves avec le temps)
  • Dysfonctionnement anormal du système digestif (apparition de troubles digestifs)
  • Tensions musculaires (aboutissant à des spasmes, contractures et douleurs musculaires)
  • Sommeil non réparateur (agissant sur l’humeur)

Finalement, tout l’organisme est envahi par le stress et ses conséquences.

 

Ostéopathie :

Généralement, les patients consultant un ostéopathe sont déjà dans la troisième phase du stress mais ils l’ignorent. Ils viennent pour soulager les conséquences du stress.

Toutefois, il est possible de consulter avant un examen pour diminuer le stress par exemple.

  • L’ostéopathie crânienne va permettre de libérer des tensions et ainsi de réguler le système neuro-végétatif (SNV) qui est le principal responsable des troubles causés par le stress.
  • L’ostéopathie viscérale va permettre d’agir sur les conséquences du stress en corrigeant l’essentiel des possibles troubles digestifs occasionnés. Le diaphragme joue également un rôle majeur dans le stress et il est donc impératif de le traiter.
  • L’ostéopathie structurelle va permettre de libérer les tensions et douleurs musculaires ainsi que les possibles blocages articulaires engendrés par le stress.

 

Comme à chaque fois, les techniques seront adaptées au patient et à son histoire.

Pour les personnes vraiment stressées, il faut compter généralement 3 à 5 séances ou bien 1 séance par mois si le choc procurant l’état de stress ne passe pas (par exemple stress au travail permanent).

L’ostéopathe pourra également conseiller à son patient de se faire aider par un autre professionnel qui pourra travailler sur d’éventuels troubles psychologiques plus profonds qui ne relèvent pas nécessairement de sa compétence.

Approches complémentaires :
  • La psychothérapie
  • La sophrologie
  • Le yoga
  • Les massages
  • Les fleurs de Bach

 

Mes conseils :

La cohérence cardiaque :

C’est une technique de respiration permettant de réguler son stress et ses émotions.

L’objectif étant de faire 6 respirations par minute et pendant 5 minutes. Lors de ces 5 minutes on se recentre sur soi, on ne pense plus à rien, ni au passé et ni au futur, ce qui nous permet d’être dans le moment présent et donc d’apaiser notre mental et notre corps.

L’idéal pour pratiquer c’est :

  • Au matin dès le réveil avant même de penser à la journée qui nous attends
  • Le soir avant de s’endormir pour décompenser de notre journée
  • Lors d’une situation de stress (par exemple avant un examen ou une réunion)

 

Voici un lien pour s’entraîner : https://www.youtube.com/watch?v=dGJkzyKHKUE&list=WL&index=2&t=0s

 

La méditation :

Je vais vous donner une méthode de méditation basique et qui sera surtout axée sur la gestion du stress. Dans de futurs articles je rentrerai plus dans les détails sur ce sujet.

  • Mettez un minuteur de 5 ou 15 minutes
  • Allongez vous sur un endroit confortable et fermer les yeux. Durant tous le temps de la méditation vous devez ni bouger et ni ouvrir les yeux (c’est très important)
  • Commencez par faire 5 profondes inspirations et expirations
  • Ensuite détendez vous et laissez venir vos pensées. Acceptez les puis recentrez vous sur votre respiration.

 

En faisant cela on prouve que c’est possible à notre mental et à notre corps de traiter nos pensées tout en étant dans un état de relaxation. Avec la répétition de cet exercice on fait comprendre à notre cerveau qu’il n’y a pas besoin d’être en état de stress pour arriver à gérer certaines situations ou événements de notre vie.

L’objectif étant que le cerveau fasse le tour de chaque idée jusqu’à ce que vous ne pensez plus à rien. Cela va vous permettre de mettre de l’ordre dans votre tête et donc d’avoir les idées plus claires. Si vous obtenez ce résultat alors félicitations vous avez réussi à « dompter » votre mental.

 

Conclusion :

En général, le stress c’est quand on essaie d’être quelqu’un d’autre et la relaxation c’est quand on est soi-même.

Notre corps n’est pas fait pour rester en mode survie en permanence. Il y a beaucoup de facteurs pouvant nous laisser dans cet état permanent de stress mais il ne tient qu’à chacun d’entre nous de choisir de rester ou non dans cet état. Et vous quel chemin allez vous prendre ?

 

Stress Relaxation

Contact

 

Guillaume LEULLIER, Ostéopathe à Cagnes-sur-mer

Espace Néroli, 105 av des Alpes – 06800 Cagnes-sur-mer
(Rez-de-chaussée et au fond du couloir à droite)
Téléphone: 06 28 21 45 00
Mail: Guillaumeleullier@gmail.com

Prendre Rendez-vous

Horaires :
Lundi, jeudi : 10:00 à 20:00
Mercredi, Samedi : 14:00 à 20:00
Vendredi : Entreprises